© 2013 Amis de l’Orgue et du Patrimoine de Bischoffsheim

Créé par AH

Poursuivant notre souhait d’offrir de nouvelles occasions de rencontres où se mêlent culture et convivialité, notre association se lança à la découverte d’un alsacien de renommée mondiale à savoir Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904).

Ainsi, le 3 juin, un sympathique groupe de 15 personnes se retrouva dans la cour de la maison natale de Bartholdi à Colmar, qui depuis 1922, abrite le musée tout entier dévolu à la présentation de l’œuvre du célèbre sculpteur colmarien. La visite guidée du lieu fut l’occasion d’approcher les maquettes, réductions et moulages de la plupart des remarquables monuments de l’artiste, parmi lesquels figurent la statue équestre de Vercingétorix (1903) érigée à Clermont-Ferrand, le monument de Rouget de Lisle (1882) à Lons-le-Saunier ou encore le Lion de Belfort (1880) commémorant  la résistance de la ville assiégée par les Prussiens durant la guerre de 1870.

Bartholdi est aussi présent à Colmar au travers des multiples statues qu’il réalisa pour la ville. Le musée possède le moulage du portrait du Général d’Empire Rapp (1771-1821) qui actuellement domine la place éponyme de la cité. La statue de l’amiral Armand-Joseph Bruat (1796-1855) surmontant la fontaine du même nom est également signée du nom de l’artiste tout comme la statue du vigneron (1869) et celle représentant Lazare de Schwendi (1898). L’histoire nous enseigne que ce dernier aurait ramené, de ses campagnes menées en Hongrie, le cépage de Tokay !

Mais le génie de Bartholdi rayonne aussi de par le monde avec la statue de La Fayette (1876) située à New York  et érigée pour la communauté française de la ville et bien sûr la statue de la Liberté qui, incontestablement reste son œuvre majeure.

Le musée dédie plusieurs salles à Miss Liberty où l’on peut admirer ses nombreuses ébauches. Elle fut inaugurée en 1886 marquant l’amitié entre la France et les Etats-Unis pour célébrer le centenaire de la déclaration d’indépendance américaine. Les explications avisées de notre guide permirent à chacun d’apprécier et d’évaluer les nombreuses péripéties, contraintes et innovations nécessaires à l’élaboration et à la finalisation de ce gigantesque projet et de ressentir un certain chauvinisme à l’idée qu’un petit bout d’Alsace arbore le plus célèbre des flambeaux sur l’île de Liberty Island dans le port de New York ! Cette visite fut précédée du stàmmdisch mensuel, animé par Fernand Hubscher,  qui le 31 mai, fut consacré à la vie ainsi qu’à l’œuvre du singulier artiste colmarien. Ainsi, le lien entre découverte et rencontre se concrétisa.


Après le musée, notre groupe eu envie de flâner dans le magnifique centre historique de la ville qui est un musée à ciel ouvert tant par ses caractéristiques architecturales que par son charme émanant des ruelles tantôt de style médiéval tantôt de caractère Renaissance. Un arrêt dans l’église des dominicains nous permit d’admirer La Vierge au buisson de roses (1473) peinte par Martin Schongauer, autre figure emblématique de Colmar.

Cette belle après-midi se termina autour du verre de l’amitié où de nouvelles idées de visites et d’aventures connurent la genèse.

Martine Enger